Les Big 5 ou les 4 fantastiques ?

HR General

Le modèle des Big Five de la personnalité est connu de presque tout le monde depuis longtemps et est utilisé avec succès dans de nombreux domaines. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment on en est arrivé à cinq facteurs ? La réponse a nécessité, comme tout ce qui touche à la science, quelques essais.

C'est la fin de l'après-midi dans une salle de réunion remplie de paperboards. Depuis quatre heures déjà, une réunion est en cours, au cours de laquelle six cadres d'un grand groupe doivent élaborer de nouveaux profils de poste avec deux psychologues. Jusqu'à présent, ils ont recensé les comportements idéaux ainsi que les compétences et les qualités nécessaires, selon la méthode bien connue des incidents critiques. En guise de dernière étape, les psychologues classent les caractéristiques collectées et formulées de manière plutôt informelle dans le célèbre modèle Big Five (également appelé "modèle des cinq facteurs" en français). Le fait d'être organisé va de pair avec la conscienciosité, le fait d'être créatif avec l'ouverture à de nouvelles expériences.

Soudain, un cadre supérieur se penche en arrière sur sa chaise et croise les bras : "Vous pouvez maintenant classer les choses comme vous le souhaitez. Pourquoi être créatif ne fait pas partie de l'extraversion" ?

Dans cet exemple, la réponse est évidente. La créativité d'une personne n'est typiquement pas liée à son plaisir à être avec d'autres personnes, mais à sa disposition à recevoir de nouvelles impressions. Mais la question en soi est tout à fait justifiée. Pourquoi ces nombreuses facettes de notre personnalité peuvent-elles être objectivement classées dans ces cinq facteurs et pourquoi sont-ils exactement cinq ?


Good to know:
Le modèle Big Five est également appelé modèle à cinq facteurs, modèle OCEAN ou CANOE.


 

Les modèles de personnalité existent depuis bien plus longtemps que la psychologie moderne

Dès l'Antiquité, on a essayé de classer les gens en fonction de leur personnalité et de déterminer la raison des différents types de personnalité. L'exemple le plus célèbre de cette époque est sans doute la théorie des humeurs de Galien, qui classe tous les individus en sanguins, colériques, mélancoliques ou flegmatiques en fonction de leurs humeurs dominantes.

Ce n'est qu'au début des années 1900 que la recherche sur la personnalité a commencé à évoluer lentement vers ce que nous connaissons aujourd'hui. A cette époque, la psychologie venait tout juste de s'affirmer comme une discipline scientifique autonome et s'est véritablement lancée dans la recherche de l'origine de la personnalité.

Durant la première moitié du 20e siècle, les modèles se sont littéralement bousculés. Des modèles psychodynamiques, qui se focalisaient sur les processus internes, aux modèles behavioristes, qui considéraient la personnalité comme quelque chose de totalement acquis, il existait une multitude d'approches explicatives. Aucune d'entre elles n'a résisté à l'examen scientifique, à l'exception d'une seule.

 

Le modèle des traits est le berceau des Big Five

Le modèle des traits de caractère s'est développé à la même époque, mais de manière totalement indépendante des modèles précités. Selon ce modèle, chaque individu est composé des mêmes éléments de base universels, c'est-à-dire des traits de personnalité, mais se distingue de ses semblables par la manière dont ces éléments de base sont exprimés chez lui. Les différences individuelles se manifestent dans la manière dont une personne se comporte dans une situation donnée, par exemple avant un examen important ou lors d'une fête.

De là, il n'a pas fallu longtemps pour que les premières tentatives soient faites pour identifier ces traits de personnalité universels. Le point de départ était l'approche dite lexicale. Cette approche repose sur une idée relativement simple : Les traits de personnalité significatifs se reflètent dans notre langue au fil du temps. Les caractéristiques significatives sont surtout celles qui distinguent les individus les uns des autres. Car ce sont précisément ces caractéristiques qui sont utilisées pour décrire une personne.

Il est donc logique que tous les traits de personnalité universels se retrouvent dans les adjectifs de notre langue. L'objectif était de déterminer combien de traits de personnalité universels sont à la base de l'ensemble de notre dictionnaire.


 

À partir de 18 000 adjectifs, on obtient cinq facteurs

 

L'une des premières tentatives date des années 1940 et a été menée par Raymond Cattell, qui a utilisé une liste d'adjectifs du dictionnaire anglais Webster pour réduire les 18 000 entrées à un nombre plus raisonnable de traits de personnalité indépendants. Il est ainsi parvenu à 16 facteurs constitués de paires d'opposés comme confiant vs méfiant. A peu près à la même époque, Hans Eysenck a commencé par déduire de la même liste d'adjectifs les deux traits de personnalité que sont le neuroticisme et l'extraversion, avant d'étendre le modèle au psychoticisme dans les années 1970 avec sa femme.

Comme on peut aisément le constater, le nombre de facteurs trouvés diffère les uns des autres, les premiers résultats de recherche soutenant plutôt la théorie d'Eysenck. D'autres études empiriques devaient apporter des éclaircissements.

A partir des années 1980, on a regroupé la multitude d'adjectifs en environ 200 clusters de synonymes et on les a ensuite organisés, comme Cattell, en paires d'opposés à l'aide desquels les personnes testées devaient s'évaluer elles-mêmes ou évaluer leurs connaissances. Les résultats ont été analysés à l'aide d'une analyse factorielle (voir encadré).

Cette approche a été utilisée à peu près simultanément par plusieurs équipes de recherche indépendantes et a abouti partout à la même conclusion : tous ces adjectifs se rapportent à cinq traits de personnalité fondamentaux et indépendants les uns des autres.

Bon à savoir :

L'analyse factorielle est une méthode statistique de compression de l'information. Supposons que l'on présente à 500 sujets d'expérience un total de 100 paires d'opposés. Les sujets doivent indiquer dans quelle mesure cette caractéristique s'applique à eux.  Cela donne un total de 2000 réponses individuelles. Cependant, beaucoup de ces réponses sont liées. Par exemple, de nombreuses personnes qui se sont décrites comme responsables ont également tendance à se décrire comme disciplinées, alors qu'aucune tendance de ce type n'a été observée chez les personnes se décrivant comme sociables. Une caractéristique plus fondamentale a donc une influence sur l'expression du sens des responsabilités et de la discipline, mais pas sur l'expression de la sociabilité. L'objectif de l'analyse factorielle est de réduire les données obtenues jusqu'à ce qu'il ne reste plus que ces caractéristiques fondamentales (facteurs).


 

Big Five : un modèle d'avenir

Avec le modèle des traits, la course au meilleur modèle de personnalité était terminée au milieu du 20e siècle, et avec la découverte des Big Five, la poussière était retombée. Depuis, beaucoup de choses se sont passées.

 

Le modèle Big Five a été confirmé dans pratiquement toutes les cultures du monde et s'est facilement imposé comme le modèle de personnalité sur lequel se basent la plupart des questionnaires scientifiques de personnalité (lien -> BFSI). Entre-temps, le modèle est également très utilisé dans de nombreux domaines d'application pratiques, par exemple en psychologie du personnel, où les caractéristiques des Big Five donnent des indications importantes sur les points forts et les domaines de développement individuels (lien -> B5PS).

En revanche, la recherche sur la personnalité s'intéresse actuellement, entre autres, à la stabilité de l'expression individuelle des facteurs de personnalité au cours de la vie et à la mesure dans laquelle la personnalité peut être prédite par notre comportement sur les médias sociaux. Les recherches se poursuivent également sur les bases du modèle Big Five lui-même. Par exemple, plusieurs études non anglophones ont trouvé le sixième facteur honnêteté-humilité, qui a entre-temps été reproduit dans certaines études anglophones.

La science est toutefois loin d'avoir terminé avec les Big Five. En tout cas, une chose est sûre : derrière l'attribution d'adjectifs aux facteurs Big Five se cache bien plus qu'un simple hasard.