Dis-moi comment tu es, je te dirai comment tu conduis

Traffic
20210915 SCHUHFRIED © Schiffleitner 3176

La recherche montre que la personnalité est un facteur important de la sécurité routière. Cela rend d'autant plus importante une évaluation systématique et détaillée des dimensions de la personnalité, et c'est là que la psychologie entre en jeu.

„Tout sauf des gentlemen"

Le 17 août 1896, Arthur James Edsall démontre les avantages de l'automobile lors d'une grande exposition technique à Londres. Pour ce faire, il organise une démonstration au volant d'une Roger-Benz - et conduit Bridget Driscoll à la mort alors qu'elle s'apprêtait à traverser la rue. Des témoins oculaires racontent qu'Edsall conduisait la voiture "à une vitesse imprudente, presque comme un cheval au galop ou un camion de pompiers" (environ 7 km/h). Bridget Driscoll est ainsi devenue tristement célèbre en tant que première victime d'un accident de la route.

Selon la tradition, The Times a analysé plus tard que "beaucoup d'automobilistes sont loin d'être des gentlemen". Le Duke of Beaufort aurait alors donné libre cours à son mépris en s'insurgeant : "Tirez, tirez sur tous les automobilistes" !

Quoi qu'il en soit, A.J. Edsall a été acquitté à l'issue de l'accusation, et l'enquêteur a déclaré à la fin du procès qu'il espérait qu'une telle chose ne se reproduirait plus jamais.

 

On pense - on dirige

Nous savons aujourd'hui que ce souhait ne s'est pas réalisé. Même si le nombre de tués sur les routes ne cesse de diminuer depuis des décennies, nous sommes encore loin de la "vision zéro". Différentes disciplines continuent pourtant de travailler sans relâche à cet objectif. Mais quelle peut être la contribution de la psychologie ? Ne suffit-il pas que les techniciens et les techniciennes se creusent la tête sur les systèmes d'assistance à la conduite et l'aménagement des routes ? Si les médecins analysent les blessures ?

La réponse est non ! En effet, le facteur de l'erreur humaine a été et est depuis des années de loin la cause la plus fréquente d'accidents de la route. La psychologie étant une discipline scientifique qui s'intéresse au vécu et au comportement de l'être humain, il est donc naturel qu'elle soit également une composante fixe et essentielle du travail de sécurité routière. Outre la clarification des capacités psychophysiques, il s'agit également de déterminer quels traits de personnalité individuels rendent un comportement dangereux pour la circulation plus ou moins probable.n.

Bon à savoir :

La "Vision Zéro" est une stratégie mondiale visant à éviter les accidents mortels et graves, entre autres sur les routes. Selon la définition officielle de la politique des transports, elle est "l'image d'un avenir dans lequel personne ne sera tué ou gravement blessé sur la route au point d'en garder des séquelles à vie".


Bon à savoir :

Les performances psychophysiques comprennent les fonctions cognitives telles que l'attention, le traitement de l'information, les fonctions d'intelligence ou encore les performances de réaction.

Faites votre propre opinion

 

Le comportement au volant est influencé par les émotions, les motivations et la personnalité, cette dernière influençant à son tour les émotions, les motivations et leur impact sur le comportement au volant. Dans la pratique, cela se reflète dans les décisions conscientes et inconscientes.

Kevin a 20 ans, il a son permis de conduire depuis deux ans et rentre d'un barbecue au volant de sa voiture de 140 chevaux. Il est de bonne humeur parce qu'il s'est bien amusé et qu'il est satisfait de sa vie. Kevin accélère parce qu'il se sent bien et qu'il prend plaisir à conduire sur une route presque vide. Il sent la traction du véhicule lorsqu'il accélère. Son humeur continue de s'améliorer, Kevin est presque dans le flow (émotion). Kevin voit un peu plus loin devant lui la Golf rouge de son ami Christian, avec lequel il était encore à la fête il y a quelques instants. Il continue d'accélérer, car c'est un "autocentré", c'est-à-dire que la performance et le pouvoir sont importants pour lui. Ce serait dommage qu'il ne puisse pas rattraper Christian (motivation). Kevin est sûr de lui, n'a pas peur de prendre des risques, aime faire ses propres règles et impose parfois ses propres intérêts sans trop se soucier des autres (personnalité). Kevin met donc les gaz. Et que se passe-t-il ensuite ? Peut-être qu'il arrivera bien à la maison, peut-être pas. Qu'en pensez-vous ?

L'homme conduit comme il vit...

"Si sa vie est marquée par la prudence, la tolérance, l'anticipation et le respect des autres, il conduira de la même manière. Si sa vie n'est pas marquée par ces qualités souhaitables, son comportement au volant ne le sera pas non plus". (Tillmann & Hobbs, 1949).

 

Kevin a 20 ans, il a son permis de conduire depuis deux ans et rentre d'un barbecue au volant de sa voiture de 140 chevaux. Il est de bonne humeur, car il s'est bien amusé, et il est également satisfait de sa vie. Même si la route est vide, Kevin ne veut en fait que profiter du trajet tranquille (émotion). Il n'accélère donc pas. Kevin voit un peu plus loin devant lui la Golf rouge de son ami Christian, avec lequel il était encore à la fête il y a quelques instants. Il ne s'approche pas trop, car il ne veut pas provoquer son ami. Il ne voit pas l'intérêt de "mesurer la puissance des chevaux" (motivation).  Il n'accélère pas. Mais pourquoi ne le fait-il pas ? Parce que les règles sont importantes pour lui et qu'il est conscient que son comportement a des répercussions sur les autres. Parce qu'il n'est pas du genre agressif et que son émotivité est solide (personnalité). Donc Kevin n'accélère pas. Et ensuite, que se passe-t-il ? Peut-être qu'il arrivera bien à la maison, peut-être pas. Qu'en pensez-vous ?

 

La conduite est humaine : comment la personnalité influence le comportement au volant

Dans notre histoire, nous avons affaire aux mêmes situations, mais à deux comportements différents. De nombreuses études ont été menées sur l'impact exact des traits de personnalité sur le comportement au volant. Les principales corrélations qui ont pu être établies sont les suivantes:

Bon à savoir...

 Par personnalité, on entend "les caractéristiques individuelles plus ou moins stables d'un individu qui influencent ses actions et donc aussi son comportement au volant" (Falkenstein & Karthaus, 2017), elles évoluent au moins légèrement au cours de la vie.

Prise de risque

  • Excès de vitesse
  • Infractions liées à l'alcool
  • Dépassement de l'interdiction de dépasser
  • Nombre de contraventions

Autocontrôle

  • Excès de vitesse
  • Accidents
  • Infractions liées à l'alcool
  • Infraction à l'obligation de porter la ceinture de sécurité
  • Infractions au code de la route en général

Stabilité psychique

  • Accidents
  • Infractions liées à l'alcool

 

Tendance à l'agression

  • Infractions au code de la route en général
  • Accidents 
  • Amendes
  • Inscriptions au registre central de la circulation (VZR)

Pourquoi les tests de personnalité sont indispensables

La recherche montre clairement que la personnalité est un facteur important de la sécurité routière. Il est donc d'autant plus important de procéder à une saisie systématique et détaillée des dimensions de la personnalité. C'est précisément là que la psychologie entre en jeu. Les méthodes psychologiques de saisie des dimensions de la personnalité comprennent l'exploration, l'observation du comportement et les données issues de procédures de test.

L'observation du comportement est une observation et un enregistrement systématiques des comportements. Elle s'effectue par rapport à certains critères qui dépendent du contexte. Les observations du comportement (de conduite) dans la circulation réelle comprennent par exemple des critères tels que l'accident, le quasi-accident, l'infraction au code de la route, l'erreur de conduite, l'adaptation au trafic, etc. Les points forts de cette méthode résident surtout dans la représentation des possibilités de compensation et leur mise en œuvre proche du comportement. Les points faibles de l'observation du comportement au volant résident surtout dans le manque de standardisation (conditions météorologiques, volume de trafic, occurrence d'événements critiques, etc...), la validité (fiabilité du résultat), la réalisation souvent peu économique et le potentiel de danger.

L'observation du comportement lors de l'exploration comprend par exemple des signes physiques de consommation de substances, un comportement du regard, une tension excessive, une résistance, etc. Il existe ici un risque d'effets classiques du chef de test, qui se caractérisent par certaines attentes de la personne chargée du diagnostic et qui peuvent conduire à des distorsions si la réflexion est insuffisante.

 

L'exploration en tant que méthode de diagnostic sert à examiner les traits de personnalité, les intérêts, les valeurs, les attitudes, les problèmes et les modes de pensée de la personne. En raison des exigences élevées en matière de compétences verbales de l'évaluateur et de l'évaluatrice, des différentes techniques d'interrogation ainsi que des phénomènes de transfert possibles, des facteurs perturbateurs (p. ex. des suggestions) peuvent apparaître lors de l'exploration, ce qui peut donner une coloration subjective aux données. Les déclarations concernant un comportement de consommation problématique, des changements stables, etc. sont en fin de compte saisies par l'entretien d'explicitation, mais devraient être étayées par les résultats des tests.

 

Les procédures de personnalité ne doivent pas et ne peuvent pas remplacer l'exploration. Elles sont cependant un instrument indispensable pour... 

  • obtenir d'autres informations pertinentes pour le processus d'évaluation
  • de détecter d'éventuelles distorsions subjectives dans l'exploration
  • de vérifier la cohérence ou la contradiction des données de l'exploration
  • de donner des indications sur des thèmes d'exploration plus approfondis pertinents pour l'expertise.

 

La plupart des méthodes de test pour la saisie des dimensions de la personnalité en rapport avec la circulation routière sont des questionnaires classiques. Ceux-ci ont la réputation d'être facilement falsifiables.  

Les questionnaires de personnalité modernes sont toutefois suffisamment développés sur le plan méthodologique pour que les tendances à la falsification puissent être soit réduites au minimum dès le départ, soit rendues visibles de manière alternative. Si des tendances à l'altération sont constatées, cela donne des indications précieuses au diagnostiqueur : Les questionnaires de personnalité permettent de saisir l'image qu'une personne a d'elle-même, sur la base des informations qu'elle donne d'elle-même. En cas d'apparition de tendances à la falsification, le psychologue évaluateur doit faire la distinction entre impression management et self deception. Alors que l'impression management vise la tendance à produire une image socialement souhaitable, l'auto-déception concerne une auto-évaluation déformée, mais subjectivement considérée comme correcte (Paulhus, 1991 ; Lindeman & Verkasalo, 1994). En simplifiant à l'extrême, ces aspects se traduiraient comme suit dans notre exemple avec Kevin : 1) Kevin sait qu'il aime rouler trop vite de temps en temps, mais il indique consciemment que l'excès de vitesse était un événement unique, car il sait qu'il s'agit d'un comportement indésirable et il ne veut pas donner une mauvaise image de lui-même (gestion des impressions). 2) Kevin n'est pas conscient, en raison d'une fonction de protection interne, que l'excès de vitesse dont il a fait preuve n'est pas un événement isolé et nie pour ces raisons d'autres délits de comportement non conforme à la norme (self-deception).

Ces informations peuvent s'avérer précieuses dans le processus d'expertise, d'une part pour l'évaluation des résultats du test, mais aussi pour la poursuite de l'exploration ou de la post-exploration.

 

Les psychologues peuvent ainsi, dans le cadre du processus d'expertise, parvenir à la meilleure conclusion possible sur l'expression et la pertinence des traits de personnalité pertinents pour la sécurité routière en intégrant les différentes sources d'information (exploration, observation du comportement, analyse des dossiers, résultats des tests) et en les combinant avec leurs connaissances d'experts sur le comportement humain. En raison des conséquences juridiques et personnelles massives de l'évaluation de l'aptitude à la conduite pour la clientèle, il est particulièrement important d'assurer au mieux l'évaluation par des méthodes de personnalité valables comme par exemple IVPE-R, KEKS ou VIP.

Åberg, L. (1998). Traffic rules and traffic safety. Safety Science, 29, 205-215.

Arnett, J. Offer, D. & Fine, M.A. (1997). Reckless driving in adolescence: Stait and trait factors. Accident Analysis and Prevention, 29, 129-143. https://doi.org/10.1016/S0001-4575(97)87007-8

Klipp, S. et. al (2008). DRUID WP 5 State of the Art on Driver Rehabilitation: Literature Analysis & Provider Survey. Available online: https://www.bast.de/Druid/EN/deliverales-list/downloads/Deliverable_5_1_1.pdf?__blob=publicationFile

Burton, V. S., Evans, T. D., Cullen, F. T., Olivares, K. M. & Dunaway, R. G. (1999). Age, self-control, and adult’s offending behaviors: A research note assessing a General Theory of Crime. Journal of Criminal Justice, 1, 45-54. https://doi.org/10.1016/S0047-2352(98)00035-X

Eysenck, H. J. (1965). Fact and fiction in psychology. Harmsworth: Penguine

Falkenstein, M. & Karthaus, M. (2017). Fahreignung im höheren Lebensalter. Sensibilisieren- Erfassen-Fördern. Stuttgart: Kolhammer

Herzberg, P. Y., & Schlag, B. (2006). Aggression und Aggressivität im Straßenverkehr [Aggression and Aggressiveness in Road Traffic Contexts]. Zeitschrift für Sozialpsychologie, 37(2), 73–86. https://doi.org/10.1024/0044-3514.37.2.73

Paulhus, D. L. (1991). Measurement and control of response bias. In J. P. Robinson, P. R. Shaver, & L. S. Wrightsman (Eds.), Measures of personality and social psychological attitudes (pp. 17–59). Academic Press. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-590241-0.50006-X

Tillmann, W. & Hobbs, G. (1949). The accident-prone automobile driver; a study of the psychiatric and social background. Am J Psychiatry; 106(5):321-31. https://doi.org/10.1176/ajp.106.5.321

Verkasalo, M., & Lindeman, M. (1994). Personal ideals and socially desirable responding. European Journal of Personality, 8(5), 385–393. https://doi.org/10.1002/per.2410080504

Yu J, & Williford W.R. (1993). Alcohol and risk/sensation seeking: specifying a causal model on high-risk driving. J Addict Dis.;12(1):79-96. doi: 10.1300/J069v12n01_07. https://doi.org/10.1300/J069v12n01_07