Une journée avec un développeur de tests

General

Comment les tests du système de test de Vienne sont-ils développés ? Dans cette interview, nous jetons pour vous un coup d'œil dans les coulisses d'une journée en tant que développeur de tests chez SCHUHFRIED.

 

Qui sont les maîtres en coulisses de SCHUHFRIED ?
Nous avons interrogé pour vous deux de nos experts de l'équipe "Test and Training Development" !

Georg et Felix sont développeurs de tests chez SCHUHFRIED. Georg s'est spécialisé dans le diagnostic psychologique et la méthodologie pendant ses études de psychologie. Pendant son temps libre, il aime courir, lire et écouter de la musique. Felix a étudié la philosophie et la psychologie et, au cours de ses études, il était déjà fasciné par la question de savoir comment mesurer les caractéristiques de la psyché humaine. Lorsqu'il n'est pas en train de développer des tests, il joue du saxophone ou parcourt la forêt viennoise sur son VTT.

 

Qu'est-ce qu'un développeur de tests ?

Georg : Comme le nom l'indique, nous développons des tests psychologiques. Il s'agit bien sûr en premier lieu des contenus tels que les instructions, le matériel d'épreuve et l'évaluation. Mais un test numérique ne s'arrête évidemment pas là. Pour la mise en œuvre, nous travaillons en étroite collaboration avec d'autres équipes.

Quelles sont les compétences requises pour être développeur de tests ?

Felix : Classiquement, il faut être diplômé en psychologie et avoir un enthousiasme particulier pour le diagnostic, les questions méthodologiques et le travail avec des données, comme c'est le cas chez nous. De bonnes compétences linguistiques et une certaine affinité avec le développement de logiciels ne font pas de mal non plus.

Georg : Enfin, il faut aussi de la persévérance et de la patience. Le développement d'une batterie de tests complexe, comme l'Intelligence Structure Battery - 2 (INSBAT-2), peut parfois prendre quelques années.

À quoi s'occupent les développeurs de tests chez SCHUHFRIED ?

Felix : Nos équipes de développement sont fortement interdisciplinaires. Cela signifie que nous travaillons en étroite collaboration avec des programmeurs, des testeurs de logiciels et des traducteurs. En effet, pour réaliser un bon test, il faut des experts issus de nombreux domaines différents.

Georg : Chez SCHUHFRIED, nous développons exclusivement des tests numériques. Alors que nous, les développeurs de tests, nous nous occupons surtout de la recherche bibliographique, de l'analyse des données et de la rédaction des items de test, la mise en œuvre technique sur différentes plates-formes nécessite des programmeurs expérimentés. Il y a longtemps que nos tests ne sont plus seulement utilisés sur ordinateur, mais de plus en plus souvent sur téléphone portable, ou entièrement intégrés dans l'environnement logiciel de nos clients.

Felix : Actuellement, je m'occupe entre autres de la mise en œuvre d'un format de réponse relativement nouveau pour les tests de personnalité. Au lieu de l'échelle de Likert courante dans les questionnaires, nous allons mettre en œuvre un format de réponse à choix forcé. Pour cela, plusieurs dizaines d'items doivent être écrits. Cela peut paraître simple, mais la formulation de ces items peut prendre un certain temps et s'avérer assez difficile. Il s'agit en effet de toucher la facette souhaitée. Il est important que les formulations sonnent bien, soient faciles à comprendre et claires. Nous devons également veiller à ce qu'ils soient bien traduits pour nos clients internationaux.

Bien entendu, il ne suffit pas de développer les items, le test et l'évaluation doivent également être programmés. Pour le format de réponse à choix forcé, nous sommes à la pointe de l'application pratique de nouveaux algorithmes d'évaluation. Je travaille actuellement de manière intensive avec un programmeur afin d'ancrer le nouvel algorithme pour nos clients dans le Vienna Test System (VTS), afin que nos utilisateurs disposent d'un test fiable (mot-clé : fiabilité) et valide (mot-clé : validité).

Georg : SCHUHFRIED est certifié selon la norme ISO 13485 et dispose d'un système complet de gestion de la qualité. C'est pourquoi les tests sont encore examinés sous toutes les coutures par une équipe autonome de testeurs de logiciels. Leurs réactions nous aident à finaliser le test pour la version finale.

À quoi ressemble une journée de travail typique chez vous ?

Georg : Au début (après le café ou le thé du matin 😉), nous avons d'abord une réunion avec les autres équipes de notre secteur. Nous appelons cela notre "stand-up", car nous sommes réunis comme dans un cercle narratif à l'école. Chacun explique brièvement ce qu'il a fait la veille et ce qu'il a prévu aujourd'hui, afin que nous restions tous bien coordonnés. Les éventuels problèmes ou crises sont abordés et résolus ensemble, et les succès sont bien sûr fêtés.

Felix : Ensuite, le travail sur le projet proprement dit commence. Nous travaillons en open-office avec nos programmeurs, ce qui nous permet de communiquer facilement avec les autres équipes à tout moment, même en dehors des réunions prévues. Parfois, des brainstormings improvisés et très créatifs sont organisés spontanément pour résoudre un problème difficile. Nous avons - notamment à cause du Covid - une politique de télétravail très flexible, c'est pourquoi nos réunions sont souvent virtuelles. Nous apprécions d'autant plus quand nous sommes ensemble au bureau, et nous nous retrouvons alors généralement pour un grand déjeuner commun.

Georg : Malgré l'atmosphère créative et spontanée, nous travaillons de manière très structurée. Nous nous inspirons des principes de la gestion de projet Agile et organisons notre travail en cycles de « sprints » afin de pouvoir toujours nous concentrer sur l'essentiel.

Cela semble très excitant. Y a-t-il des tâches de routine ?

Felix : Dans quel travail n'y a-t-il pas cela ? Nous passons beaucoup de temps à analyser des données. Les données, c'est-à-dire les résultats des tests, proviennent en partie de notre centre de test et de recherche ou nous sont fournies par notre clientèle directement à partir de l'application pratique. Nous sommes toujours intéressés par la collecte d'autant de données que possible sur nos tests et par l'intégration des connaissances et expériences pratiques qui en découlent. Parfois, il faut carrément faire attention à ne pas se perdre dans les analyses, mais à rester dans l'essentiel.

Georg : Nous travaillons avec différents logiciels de statistiques et d'analyse bien connus, comme SPSS et R, ce qui nous donne de très nombreuses possibilités d'interpréter et de comprendre les données.

Travaillez-vous aussi à l'international ?

Felix : Oui et même beaucoup ! Nos tests sont actuellement utilisés dans 67 pays et sont traduits dans jusqu'à 30 langues, de l'arabe au vietnamien en passant par le grec, et il y en a toujours de nouvelles. C'est pourquoi deux responsables de la traduction font également partie de notre équipe. Mais le terme est trop réducteur.

Georg : Les tests psychologiques doivent parfois être adaptés de manière relativement importante dans d'autres langues et pour d'autres cultures. Il est rare qu'une traduction directe reflète les connotations culturelles. C'est pourquoi nous travaillons souvent en plusieurs étapes de traduction et avec plusieurs traducteurs afin de garantir la bonne signification. C'est un processus vraiment passionnant, qui nous permet d'apprendre beaucoup sur les autres cultures.

Avez-vous des contacts avec les utilisateurs des tests que vous avez développés ?

Felix : Oui, bien sûr. En tant qu'experts de nos tests, nous sommes le point de contact central, surtout pour les questions de détail. Actuellement, un collègue s'occupe d'une demande concernant notre test l’inventaire pour tester les capacités cognitives (INT). Un de nos clients espagnols a des questions sur le test adaptatif avec INT et souhaite obtenir des informations supplémentaires sur la comparabilité entre la passation du test sur ordinateur et sur téléphone portable. Il préparera pour notre client une présentation claire des étapes de développement et des résultats du contrôle de la fiabilité du test.

Georg : En outre, nous participons régulièrement à des congrès spécialisés et y rencontrons également des utilisateurs et des collègues scientifiques.

Est-ce que vous suivez encore des formations continues ou avez-vous déjà tout appris pendant vos études ?

Felix : En principe, nous apprenons bien sûr beaucoup de choses pendant notre travail. Par exemple, ces derniers temps, nous utilisons de plus en plus le langage de programmation R pour de nombreuses analyses de données, et à l'université, on n'apprend généralement que les bases (voire rien du tout). Ici, par exemple, un collègue participe actuellement à différents cours en ligne pour développer ses compétences. Outre les sujets plus techniques, nous avons la possibilité de participer à des congrès et à des formations, où l'on peut échanger des contenus sur les résultats actuels de la recherche psychologique et découvrir beaucoup de nouvelles choses.

Georg : Nous organisons aussi régulièrement des formations sous forme d'ateliers où des experts (par exemple des universités) sont invités à partager leurs connaissances sur différents sujets (par exemple certaines méthodes d'évaluation).

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?

Felix : Je ne pourrais guère m'imaginer un autre travail avec un champ d'activité aussi large, aussi passionnant et surtout aussi varié. Cela rend le travail quotidien certes stimulant, mais aussi très gratifiant.

Georg : En outre, il est agréable de savoir que nos tests psychologiques numériques ont une grande valeur et une grande utilité pour la société.

 

Merci pour cet entretien et continuez à vous amuser dans votre travail !

 

 

Vous souhaitez également faire partie de l'équipe SCHUHFRIED ?

Cliquez ici pour accéder aux postes actuellement vacants :  Carrière chez SCHUHFRIED