Bienvenue dans le monde de la psychologie de la ciculation - Finlande

Traffic

Dans ce blog, nous vous proposons un voyage à travers le monde de la psychologie de la circulation. Vous êtes-vous déjà demandé dans quel pays il existe un diagnostic de psychologie routière et comment celui-ci se déroule ? Aujourd'hui, nous vous proposons de partir avec nous en Finlande.

En Finlande, la question de l'aptitude à la conduite est apparue il y a plusieurs décennies. Toutefois, par rapport à d'autres pays, elle a surtout été mise en avant par des neuropsychologues chargés d'évaluer l'aptitude à la conduite de patients ayant subi un accident vasculaire cérébral, une lésion cérébrale ou une maladie neurologique dégénérative. Cette évaluation de l'aptitude à la conduite et des besoins en matière de rééducation sont des conditions importantes pour le retour à l'emploi.

Aujourd'hui, presque tous les patients neurologiques qui souhaitent retourner à la vie professionnelle ou aux études subissent un examen neuropsychologique. L'objectif de cet examen est de déterminer si les mêmes exigences qu'avant la maladie peuvent encore être remplies.

Les groupes à haut risque, comme les toxicomanes ou les patients souffrant de maladies cardiaques ou pulmonaires, ou encore de diabète, ne sont pas soumis à cet examen.

Dans ce contexte, l'évaluation psychologique de l'aptitude à la conduite était et reste en premier lieu une question de neuropsychologie et de psychologie cognitive. Un patient qui se retrouve dans un service de neurologie quitte rarement celui-ci sans avoir subi un examen d'aptitude à la conduite ou une interdiction de conduire imposée par la maladie neurologique.

Les personnes souffrant d'un problème de santé qui remet en question leur aptitude à conduire s'adressent généralement à l'établissement de santé public dont elles dépendent. Il est également possible de s'adresser à une clinique privée pour une expertise. Toutefois, lorsqu'un avis médical spécialisé est requis, on s'adresse généralement à un hôpital. La plupart des neuropsychologues travaillent dans des hôpitaux publics et font passer des examens de conduite dans le cadre de leur travail. Certains neuropsychologues travaillent également dans le secteur privé de la santé, mais ne sont généralement pas spécialisés dans l'évaluation de l'aptitude à la conduite.

 

La collaboration entre les différentes professions de santé est fluide et les avis des (neuro)psychologues sont très appréciés. Lorsqu'un professionnel de la santé n'est pas sûr de l'aptitude d'un patient à conduire, les neuropsychologues sont naturellement consultés.


Infobox

En Finlande, la plupart des services de santé sont fournis dans le cadre des soins de santé publics, notamment lorsqu'un traitement de niveau hospitalier est nécessaire. Il existe des hôpitaux publics de jour dans chaque commune et des hôpitaux au niveau du comté. Il existe cinq hôpitaux universitaires, qui font chacun office d'hôpital central dans leur région et sont chargés de diagnostiquer et de traiter les problèmes de santé spéciaux ou rares qui sont trop spécifiques pour les hôpitaux locaux.


 

Méthodes utilisées

Les (neuro)psychologues utilisent un grand nombre de tests de psychologie cognitive éprouvés et standardisés pour évaluer l'aptitude à la conduite. Les tests les plus courants portent sur la visualisation, le raisonnement visuel et la résolution de problèmes, l'attention et les fonctions exécutives. Certaines cliniques utilisent des versions papier-crayon, d'autres des tests numériques comme le Vienna Testsystem. Comme il n'existe pas de recommandations officielles sur les tests à utiliser, chaque psychologue peut décider lui-même.

Formation de psychologue (de la circulation)

Les études universitaires en Finlande sont de haut niveau. La psychologie comme matière principale peut être étudiée dans six universités. Un diplôme de master permet de travailler comme psychologue clinicien, car la formation comprend toujours de la théorie en psychologie clinique et un stage de cinq mois.

 

Les psychologues sont en général très demandés.  Il n'est pas nécessaire de suivre une formation post-universitaire pour faire carrière, mais des formations annuelles sur différents sujets sont recommandées. Il existe des programmes de spécialisation complets dans six domaines différents (santé mentale, enfants et adolescents, neuropsychologie, psychologie de la santé, psychologie du travail et des organisations et psychothérapie), d'une durée de trois ans chacun, proposés par les universités. Les programmes d'études standardisés en psychologie de la circulation sont rares, ce qui entraîne un manque cruel de possibilités de spécialisation. Des séminaires plus courts sur la psychologie de la circulation sont parfois proposés, mais la plupart des psychologues qui s'intéressent au sujet apprennent les trucs et astuces dans la pratique auprès de collègues plus expérimentés.

 

Il existe une poignée de psychologues qui peuvent se qualifier de psychologues de la circulation parce qu'ils s'occupent à plein temps de sujets liés à la circulation. Certains d'entre eux travaillent en tant qu'indépendants sur différents projets de sécurité routière, d'autres sont employés par des entreprises ou des administrations, et certains font de la recherche. Cependant, ils ne travaillent généralement pas avec des patients ou des automobilistes.

Depuis 2004, tous les médecins ont non seulement le droit, mais aussi l'obligation de signaler aux autorités de délivrance des permis de conduire si une personne n'est pas apte à conduire pour des raisons médicales. Les directives officielles recommandent que l'aptitude à la conduite soit évaluée lors de chaque visite médicale et pas seulement lorsqu'un patient le demande expressément. Le personnel de santé a donc théoriquement les moyens de vérifier l'aptitude à la conduite à tout moment si nécessaire, même si les évaluations correspondantes sont généralement moins fréquentes et moins étendues que ne le permettrait la loi.

Défis futurs

Dans l'ensemble, l'évaluation de l'aptitude à la conduite des patients est assez bien établie en Finlande. Cependant, il existe une autre clientèle qui n'a pas encore été prise en compte et qui représente un risque pour la circulation : les contrevenants.

 

Cette clientèle échappe jusqu'à présent au système, ce qui constitue clairement un point faible dans le travail finlandais de sécurité routière et dans le domaine de la psychologie routière finlandaise. Un délinquant de la route est certes menacé de conséquences juridiques, mais il n'y a ni évaluation psychologique ni intervention.

 

Ces dernières années, on a toutefois pris davantage conscience des risques liés à l'inaptitude à la conduite, au-delà des aspects neurologiques. Par exemple, une plus grande attention est accordée aux jeunes conducteurs, ce qui a conduit à ce que les jeunes présentant des troubles du développement tels que des syndromes d'attention et d'hyperactivité, des limitations intellectuelles, des troubles graves du comportement ou des problèmes psychiatriques soient plus souvent adressés à des psychologues qu'auparavant.

 

Cette évolution a pour conséquence que les psychologues d'autres disciplines s'intéressent de plus en plus à l'évaluation de l'aptitude à la conduite. L'intérêt pour cette thématique se répand et l'on peut s'attendre à ce que de nouveaux aspects, tels que le rôle de la personnalité ou l'approche de la maturité routière pour l'évaluation de l'aptitude à la conduite, soient bientôt mis en avant.

Vous souhaitez en savoir plus sur la personnalité et le comportement au volant ? - Continuez à lire ici

l'auteur

Sari Kukkamaa is behavioral sciences specialist in the traffic accident investigation group in Oulu area, and member of the Traffic Psychology Committee in the Finnish Psychology Association.

She is s a clinical neuropsychologist at the Oulu University Hospital and works with adults with mainly neurological issues. She has experience in cinical assessment of fitness to drive since 2004.

Sari Kukkamaa © OYS Valokuvaus / Tiina Mäki