Sommes-nous de plus en plus intelligents ?

General

Avez-vous déjà entendu parler de l'effet Flynn ? Nous avons demandé aux experts Jakob Pietschnig et Marco Vetter  ce qu'il en est de l'effet Flynn et pourquoi il est également pertinent pour la pratique du diagnostic psychologique.

 

Avez-vous déjà entendu parler de l'effet Flynn ? Peut-être lors de vos études de psychologie ou dans des articles et des livres sur le thème de l'intelligence ? Nous avons demandé aux experts Jakob Pietschnig (professeur et directeur du département de psychologie différentielle et de diagnostic psychologique, Université de Vienne) et Marco Vetter (Chief Psychology Officer, SCHUHFRIED) ce qu'il en est de l'effet Flynn et pourquoi il est également pertinent pour la pratique du diagnostic psychologique.


 

SCHUHFRIED (SF) : Comment expliqueriez-vous l'effet Flynn à un profane ?

Jakob Pietschnig (JP) : Il s'agit de changements positifs des résultats des tests d'intelligence dans la population au fil du temps. Je ne sais pas s'il s'agit nécessairement d'un changement de l'intelligence de la population en tant que telle, c'est-à-dire d'un changement de toutes les capacités cognitives qui constituent notre intelligence, mais je ne veux pas répondre à cette question.

SF : Sur quelle période et dans quelle mesure cette augmentation a-t-elle eu lieu ?

JP : En fait, nous voyons ces changements dans les aptitudes depuis que les tests formels d'aptitude existent, c'est-à-dire depuis le début du 20e siècle. Ce changement a été dans le sens positif au moins jusqu'aux années 80. Elle a davantage touché l'intelligence fluide [voir glossaire à la fin du texte] que l'intelligence cristallisée. Dans le cas de ce que l'on appelle le Full-scale-IQ, on pourrait parler d'une augmentation de 3 points de QI par décennie. Pour l'intelligence fluide, c'était un peu plus avec 4 points de QI et pour l'intelligence cristallisée, c'était un peu moins avec 2 points de QI. Cette augmentation n'a cependant jamais été linéaire. Il y a toujours eu des phases avec des augmentations plus fortes et plus faibles. Dans les années 80, ces augmentations ont globalement diminué et dans certains pays, il y a même eu une stagnation ou une inversion. Ce changement négatif serait alors l'effet anti-Flynn. Mais je ne le considère pas encore comme certain.

Marco Vetter (MV) : La différence d'augmentation entre l'intelligence fluide et l'intelligence cristallisée est intéressante parce qu'elle est en fait contre-intuitive, non ?

JP : Exactement. On supposerait que cette augmentation est due à des changements quelconques dans l’éducation, parce qu'on peut ainsi améliorer quelque chose assez rapidement. Mais cela conduirait plutôt à une augmentation de l'I. cristallisée. En fait, nous voyons que l'I. fluide a augmenté plus fortement.

MV : Du point de vue de l'élaboration des tests, le matériel de test classique pour mesurer les I. fluides est la matrice. Les matrices sont restées constantes au fil du temps et sont encore souvent utilisées. En revanche, pour l'I. cristallisée, il est relativement difficile de maintenir le matériel de test constant pendant des années, car le vocabulaire, les connaissances générales et autres changent davantage au fil du temps. Cet artefact de méthode pourrait-il être une raison pour laquelle l'effet Flynn est moins observable avec l'I. cristallisée ?

JP : Je suppose également qu'il y a un masquage des effets Flynn dans le cas de l'I. cristallisée, parce que ces tâches de test deviennent plus difficiles ou même erronées avec le temps. L'effet Flynn pourrait ainsi se manifester moins, voire pas du tout. Par exemple, dans le test de structure de l'intelligence des années 70, le subtest "complément de phrase" comporte la tâche "Quel est le composant le plus important d'un téléviseur ?" et la réponse correcte serait "tube cathodique". Une personne née après les années 2000 ne peut pas répondre correctement à cette question, car le tube cathodique n'existe tout simplement plus. Il en résulte donc ce phénomène de masquage.

SF : Au-delà des différences de l'effet Flynn entre les différents domaines d'intelligence, y a-t-il des différences entre les pays ? Et de quels pays parlons-nous ?

JP : Il y a des données de tous les continents, sauf de l'Antarctique. Par rapport à de nombreux autres domaines de recherche, nous n'avons pas seulement des données de pays WEIRD (Western, Educated, Industrialized, Rich, Democratic), mais aussi, par exemple, du Soudan, du Kenya ou de l'Océanie. Cela nous montre qu'il existe aussi des différences entre les pays, mais la question se pose ici de savoir comment les interpréter. Si l'on regarde les données au niveau des continents par exemple, c'est en Asie que l'on observe les plus fortes augmentations. Il n'y a cependant pas de base solide pour expliquer pourquoi un regroupement par continent constituerait une unité d'observation pertinente ; au sens de l'effet Flynn, une telle affectation serait arbitraire. C'est pourquoi j'opterais plutôt pour une approche prudente et différenciée.

SF : De nombreux tests du Vienna Test System ont été développés et normalisés par nos soins. Est-ce que nous voyons également l'effet Flynn dans nos données de normalisation ?

MV : Les données de normalisation que nous collectons systématiquement remontent aux années 90. Dans le cadre d'un projet de recherche commun avec Jakob Pietschnig, nous sommes en train de les étudier en ce qui concerne l'effet Flynn. Si l'on compare, pour différents tests de matrice, les données de la version papier-crayon des années 60 et 70 avec nos échantillons représentatifs actuels, on constate effectivement d'énormes augmentations des résultats des tests. A partir des années 90, les choses deviennent plus différenciées. Nous constatons ici que c'est plutôt au niveau de l’I. cristallisée que l'on observe des améliorations, qui s'expliquent en partie de manière tout à fait logique. Par exemple, si les gens sont devenus meilleurs à notre test d’anglais (English Language Skills Test, ELST), c'est probablement parce que l'anglais a été très fortement intégré dans notre système éducatif. En résumé, plus on remonte dans le temps, plus on voit l'effet Flynn. Pour certaines dimensions, on le voit encore aujourd'hui, mais l'image devient moins nette.

SF : La question est maintenant de savoir d'où cela vient. Quelles sont les explications possibles de l'effet Flynn ?

JP : Il existe plus d'une douzaine d'hypothèses utilisées pour expliquer l'effet Flynn. Elles peuvent être grossièrement divisées en causes biologiques, environnementales et hybrides. Les hypothèses les plus probables ont à voir avec des facteurs hybrides, comme l'alimentation périnatale ou l'hygiène. Ceux-ci se sont améliorés au fil du temps. En outre, la quasi-stagnation de l'effet Flynn à l'époque de la Seconde Guerre mondiale s'y prête bien. Mais la scolarisation joue certainement aussi un rôle. En outre, le comportement en matière de passation de tests a changé. Nous sommes tout simplement devenus plus intelligents en matière de tests et savons mieux comment traiter les tests.

SF : Y a-t-il une explication à l'effet anti-Flynn ?

JP : Les effets de la scolarisation, de l'hygiène et de la médecine ont une limite naturelle. Si je nourris encore plus un enfant qui est nourri de manière optimale, je n'obtiens pas un enfant plus intelligent, mais un enfant plus gros. Il y a donc des effets de saturation. En outre, il existe des diminishing returns : dans le domaine de l'éducation, cela fait certes une différence si je scolarise un enfant pendant un ou deux ans. Mais si je le scolarise pendant 13 ou 14 ans, cela ne fait plus une grande différence.

Lorsque les premières études sur l'inversion de l'effet Flynn ont été publiées, le réflexe a été d'avancer des explications liées aux mouvements migratoires (hypothèse de la migration), à l'hypothèse selon laquelle les personnes situées au bas de la distribution des capacités se reproduisent plus rapidement et plus tôt (hypothèse de la fertilité) ou à l'hypothèse selon laquelle les appareils médicaux permettent aujourd'hui à des personnes d'atteindre l'âge de la reproduction alors qu'elles ne l'auraient pas fait auparavant (hypothèse de la mortalité). Mais il ne s'agissait là que d'idées conceptuelles. Nous avons également examiné ces hypothèses en détail de manière empirique à l'aide de deux ensembles de données différents et rien de cohérent n'est apparu dans cette direction.

SF : Nous avons maintenant parlé des causes environnementales de l'effet (anti)Flynn. Quelles sont vos spéculations sur l'influence de la pandémie de Corona sur cette évolution ?

JP : Fondamentalement, la question est de savoir combien de temps cela va durer. Je ne sais pas si ces deux ans auront de grandes conséquences. Nous avons certes un bon système de santé en Autriche, mais certaines interventions sont malgré tout plus difficiles à réaliser et moins accessibles ; cela a des effets négatifs sur la santé physique, mais aussi psychique. Les systèmes éducatifs ne profitent pas non plus des mesures nécessaires liées à la pandémie, comme l'école à domicile. L'obligation de porter un masque dans les écoles est certainement une très bonne chose d'un point de vue médical, mais elle ne favorise pas nécessairement l'attention, l'environnement d'apprentissage et autres. Donc si la pandémie a un effet, il est certainement négatif.

SF : A quels endroits voyez-vous la pertinence de l'effet Flynn dans la vie quotidienne des gens ?

JP : Les normes de test obsolètes ont en principe un impact sur chaque expertise. Un exemple particulièrement frappant serait la peine de mort aux États-Unis. Il y a une clause selon laquelle les personnes ayant un QI inférieur à 70 ne peuvent pas être exécutées. Il s'agit maintenant de savoir si les personnes entrant en ligne de compte ont déjà été soumises à un test qui était normalisé ou obsolète. S'il était obsolète, cela signifie, en cas d'effet Flynn positif, qu'ils ont plus de "chances" d'être éligibles à la peine de mort. Un autre exemple est celui de certaines décisions de subvention basées sur les résultats de tests. En Allemagne, il existe un soutien financier de l'État pour la promotion de la lecture et de l'orthographe. Ici aussi, on veut voir les résultats des tests avant de décider si un enfant doit recevoir une aide ou non. Le même problème se pose ici : Anciennes normes et effet Flynn positif signifient qu'il n'y a pas de soutien, bien que l'enfant en ait peut-être besoin.

SF : Quelle est la pertinence de l'effet Flynn pour le travail de diagnostic de test des psychologues ?

MV : De mon point de vue, l'effet Flynn est une raison importante de toujours utiliser des normes actuelles. Nous en tenons également compte dans nos tests. Nous nous en tenons à des normes telles que la DIN 33430 et vérifions au moins tous les huit ans si les normes sont toujours d'actualité dans le cadre de nos tests. Si nous constatons des changements importants, nous procédons à une nouvelle normalisation des tests. Dans la pratique, la taille de la norme est très souvent prise en compte. Pourtant, même de très grands échantillons de normes sont peu adaptés à un diagnostic psychologique responsable s'ils sont obsolètes et/ou non représentatifs de mes sujets de test.

La recherche fondamentale de Jakob Pietschnig est très importante pour nous à cet égard. Nous pouvons mieux évaluer quelles dimensions seront particulièrement touchées par les changements et dans quelle direction nous pouvons les attendre dans la norme. Nous pouvons ainsi réagir à temps, évaluer les effets dans nos normes et, le cas échéant, établir de nouvelles normes en temps utile.

 

Lectures complémentaires :

Pietschnig, J., & Voracek, M. (2015). One century of global IQ gains: A formal meta-analysis of the Flynn effect (1909–2013). Perspectives on Psychological Science10(3), 282-306. https://doi.org/10.1177%2F1745691615577701

Pietschnig, J., Deimann, P., Hirschmann, N., & Kastner-Koller, U. (2021). The Flynn effect in Germanophone preschoolers (1996–2018): Small effects, erratic directions, and questionable interpretations. Intelligence, 86, 101544. https://doi.org/10.1016/j.intell.2021.101544

Pietschnig, J., Voracek, M., & Gittler, G. (2018). Is the Flynn effect related to migration? Meta-analytic evidence for correlates of stagnation and reversal of generational IQ test score changes. Politische Psychologie, 2, 267–283.


Glossaire :

Intelligence fluide : comprend les processus de base de la pensée et est en grande partie indépendante de l'expérience.

Intelligence cristallisée : comprend la capacité à appliquer les connaissances acquises ; elle est considérée comme dépendant principalement de la culture.

Full-Scale IQ : résultats de batteries de tests d'intelligence composées de plusieurs sous-tests et mesurant à la fois les capacités cristallisées et fluides.

Matrices : paradigme de test pour mesurer le raisonnement logique. Des formes abstraites sont présentées dans une grille (matrice) composée de lignes et de colonnes disposées selon certaines règles. Les sujets doivent reconnaître et appliquer ces règles en ajoutant une forme manquante ou en marquant les formes incorrectes.

DIN33430 : une norme DIN (DIN=Institut allemand de normalisation) qui contient des critères et des normes de qualité pour le diagnostic d'aptitude professionnelle.